Aller au contenu principal

 

PADEF-EJ


Le Projet d’Appui au Développement de l’Entreprenariat Féminin et de l’Emploi des Jeunes (PADEF-EJ) est cofinancé par l’Etat du Sénégal et la Banque Islamique de Développement (BID) pour un coût total de 22.5 millions de dollars US.

Il comprend cinq (05) composantes :

  1. Lignes de financement islamique
  2. Infrastructures et services
  3. Développement des Chaînes de valeurs (Horticulture, Riz et lait)
  4. Formation et renforcement de capacités des parties prenantes
  5. Appui à la Coordination et Gestion du projet

Contexte et justification :

Dans un contexte de crise économique mondiale, de lutte contre la pauvreté et de promotion de l’initiative privée, les femmes entrepreneures ne peuvent être ignorées. Elles jouent un rôle essentiel dans le développement socio-économique de nos pays et surtout du Sénégal. Représentant 50,2% de la population sénégalaise, elles demeurent une force économique certaine non négligeable. La promotion et l’appui aux entreprises dirigées par des femmes et des jeunes filles s’inscrivent dans les mesures visant à atténuer les impacts négatifs de la pauvreté sur les populations. Ainsi, pour prendre en charge les préoccupations des femmes et jeunes filles, l’Etat du Sénégal a mis en place le Projet d’Appui au Développement de l’Entreprenariat Féminin et de l’Emploi des Jeunes (PADEF-EJ) en partenariat avec la Banque Islamique de Développement. Le Projet est en parfaite harmonie avec les objectifs de développement du Plan Sénégal Emergent (PSE).

Cadre institutionnel :

L’Agence d’Exécution du projet est le Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants. Le PADEF-EJ est sous la tutelle technique du Fonds National de Promotion de l’Entreprenariat Féminin (FNPEF). Il dispose d’un comité de pilotage qui en est l’organe d’orientation stratégique regroupant plusieurs structures techniques. Le projet est conduit dans sa phase opérationnelle par une unité de gestion qui travaille en étroite collaboration avec les autorités locales et administratives.

Objectifs :

Le projet a pour objectif général de contribuer à l’amélioration des conditions de vie économique et sociale des femmes et des jeunes filles.

Les objectifs spécifiques du projet sont les suivants :

  • Faciliter le développement de l’entreprenariat féminin à travers la finance islamique ;
  • Généraliser l’accès aux infrastructures et services sociaux de base dans la  Communauté rurale de Leona, Louga et Ngeun Sarr ;
  • Renforcer les maillons les plus propices au développement de l’entreprenariat féminin dans les chaines de valeurs agricoles ;
  • Renforcer les capacités des parties prenantes du projet ;
  • Appuyer la coordination et la gestion  du projet.

 

1. Lignes de financement islamique

Les Lignes de Financement islamique, d’un montant total de 4,5 milliards de francs CFA, permettent de financer des Activités Génératrices de Revenus (AGR) des Micros Entreprises et des Petites et Moyennes Entreprises (PME) des femmes et jeunes filles. Les bénéficiaires des lignes de financement relèvent de quatre catégories principales : les femmes sans emploi, les petites commerçantes, les femmes artisans du secteur informel ; les diplômées sans emploi de l'enseignement supérieur et technique ; les micro-entrepreneurs dans les activités de démarrage et les femmes handicapées. Les prêts sont accordés dans les trois catégories différentes indiquées ci-dessous, en fonction des modalités et conditions d'accès au financement.

1-1. Activités génératrices de revenus (AGR) :

Cette ligne de financement permet de financer des activités génératrices de revenus en faveur des femmes les plus pauvres, leur permettant de générer un revenu minimum pour amorcer un processus d’autonomisation et requérant un besoin en financement de moins de cinq cent mille (500.000) francs CFA.

1-2. Micro entreprises :

Cette ligne de financement est principalement destinée aux jeunes filles issues de centres de formation technique et professionnelle, diplômées de l’enseignement supérieur, ainsi qu'aux femmes travaillant déjà dans le secteur informel requérant un investissement en équipement, en marchandises/intrants pour des besoins en financement compris entre cinq cent mille (500.000) et cinq millions (5.000.000) de francs CFA.

1-3. PME

Cette ligne vise principalement à créer des structures de petites entreprises proches de la catégorie moyenne, ciblant les entreprises commerciales féminines qui possèdent déjà des entités juridiques organisées ou qui peuvent être rapidement organisées. Cette ligne est destinée à l'expansion / développement des affaires des groupes de femmes qui ont besoin de financement commun pour promouvoir et soutenir leurs investissements avec un besoin en financement allant jusqu’à cinquante millions (50.000.000) de francs CFA.   

1-4. Perspectives

  • Enrôlement de 2 SFD supplémentaires pour plus d’efficacité dans la mise en œuvre des financements,
  • Financement d’unités industrielles et semi-industrielles de transformation des produits agricoles pour une valorisation de la production primaire contribuant ainsi à la transformation structurelle de l’économie et la création de richesses.

2. Infrastructures et services :

L'objectif spécifique poursuivi par cette composante est de généraliser l'accès aux infrastructures et services dans les Communes de Louga, Nguene Sarr et Sakal avec comme principal résultat attendu le renforcement et l'opérationnalisation des infrastructures et des services sociaux de base dans les secteurs suivants : Santé, Agriculture, Education, Pêche, Infrastructures rurales - Energie-Eau-Hygiène pour l’atteinte des Objectifs de Développement Durable.

La mise en œuvre des activités de la composante "Infrastructures et Services" est confiée à l’ONG Millénium Promise.

3.  Développement des filières (horticulture, lait, riz) :

Cette composante du PADEF-EJ vise à renforcer les maillons les plus propices au développement de l’entreprenariat féminin dans les chaines de valeurs (riz, lait et horticulture) dans les régions de Louga, Saint Louis et Matam avec notamment :

  • La mise en place et l’équipement d'infrastructures de production, de stockage de transformation et de commercialisation des produits agricoles en partenariat avec l’AGETIP, maître d’ouvrage délégué
  • Le renforcement des capacités des membres des organisations de femmes sur les techniques de production et post production ;
  • La mise en place d'un système d'information sur les marchés dans les chaines de valeurs ;
  • L’encadrement des femmes et jeunes filles pour l’accès aux opportunités des lignes de financement islamique ;

4.  Formation et renforcement de capacité des parties prenantes :

Cette composante vise à renforcer les capacités des acteurs du projet en finance islamique et celles des organisations fonctionnelles en techniques de production et post production.

5.  Appui à la coordination et gestion du projet :

Cette composante est relative au fonctionnement de l’unité de gestion du projet.