Aller au contenu principal
Accueil / Mediathèque / Les publications et documentations du ministère / Textes de Missions / Programme d’Appui à l’Emergence de Familles Productives et à l’Insertion des Jeunes pour une croissance économique inclusive et durable (PAEFP/IJ)

Programme d’Appui à l’Emergence de Familles Productives et à l’Insertion des Jeunes pour une croissance économique inclusive et durable (PAEFP/IJ)

 

 


CONTEXTE ET JUSTIFICATION DU PROGRAMME

Au Sénégal, depuis 2012, les progrès notés dans les différents secteurs d’activités n’ont pas permis d’induire un taux de croissance à deux chiffres nécessaires à l’atteinte des objectifs de réduction de la pauvreté. De plus, la faible couverture d’assurance santé des populations et des mécanismes de protection sociale restent un des facteurs limitant de la baisse de l’incidence de la pauvreté. En effet, l’insuffisance de la couverture sociale des groupes vulnérables ne permet pas de les protéger contre les risques sociaux (maladies, accidents, perte d’emplois…).

Les familles et plus spécifiquement les ménages les plus vulnérables évoluent donc dans un environnement socio-économique caractérisé par une complexité des problématiques de développement. Les faibles progrès au plan social et économique remettent ainsi en question l’efficacité des politiques de développement qui, force est de reconnaitre, n’ont pas permis de mettre le pays sur les rampes de l’émergence. Elles remettent aussi en cause les capacités de mise en œuvre des politiques par les acteurs et posent toute la problématique de la pertinence des choix stratégiques et des approches en matière de réduction de la pauvreté des ménages.

Dans cette perspective, les défis des politiques publiques consistent à: (i) redistribuer la richesse aux plus pauvres et aux plus vulnérables, avec un impact immédiat sur laréduction de la pauvreté et de l’inégalité ;(ii) pallier aux insuffisances des marchés du crédit, en offrant aux ménages des opportunités d’investissement tant dans le capital humain de leurs enfants que dans la génération de revenus des adultes actifs de la famille ; (iii) aider les ménages à gérer les risques et à éviter les pertes irréversibles de capital humain (Education, santé) afin de préserver les actifs tant familiaux que professionnels des ménages ; (iv) permettre aux gouvernements de faire des choix en faveur de l’efficacité de la croissance afin d’atteindre tous les objectifs de redistribution qu’une société s’est fixée ; (v) concevoir un modèle de ciblage pertinent des bénéficiaires ainsi qu’une stratégie d’autonomisation socio-économique de ces derniers afin d’éviter leur maintien dans la pauvreté et la transmission intergénérationnelle de celle-ci.

L’émergence des familles productives et l’insertion des jeunes (filles et garçons) constituent ainsi des enjeux stratégiques majeurs dans le cadre de la politique de développement économique et social du Sénégal. Elles traduisent une approche de protection sociale par la croissance économique inclusive et se veut une réponse à la pauvreté et au sous-développement.

Pour le Ministère en charge du développement social, il s’agit de bâtir à partir des familles les fondements de l’émergence économique et sociale par la libération des énergies des femmes, des jeunes, la consolidation des équilibres sociétaux et la valorisation du potentiel d’initiatives et de capacités productives des familles, considérée non plus comme le centre de la vie sociale mais plutôt comme un acteur au cœur du processus de développement économique.

C’est dans cette perspective que le Gouvernement du Sénégal, à travers le Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants (MFFGPE) et conformément aux orientations du Plan Sénégal Emergent (PSE) et de la nouvelle Stratégie Nationale de Protection Sociale (SNPS2) compte agir sur le levier autonomisation économique en vue de promouvoir l’émergence de familles productives aptes à contribuer à une croissance économique inclusive et durable. Il s’agit, en effet, en plus de l’allocation de Bourse de Sécurité Familiale, de soutenir davantage les ménages ciblés dans l’accès au financement pour renforcer leurs initiatives et potentiels productifs à travers l’allocation de Bourses Economiques.

Par ailleurs, le cadre de partenariat entre le PNUD et le Grand - duché de Luxembourg, illustration parfaite d’une volonté partagée de mettre en œuvre les principes directeurs de la Déclaration de Paris sur l’efficacité de l’aide au développement avait permis de mettre en place à travers une plateforme de recherche de cohérence stratégique et opérationnelle dans une même zone de concentration géographique de leurs interventions, un dispositif innovant d’insertion des jeunes sortants des centres de formation professionnelle et technique soutenu par d’autres agences du SNU que sont le BIT et l’ONUDI.

C’est dans ce cadre que le  Gouvernement du Sénégal avec l’appui du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) a initié le Programme d’Appui à l’Emergence de Familles Productives et à l’Insertion des Jeunes pour une croissance économique inclusive et durable (PAEFP/IJ).

Ce programme vise à identifier et à renforcer le potentiel d’initiatives et des capacités productives des ménages pauvres en vue de leur contribution à l’émergence économique inclusive du pays dans une perspective de développement humain durable.

Il contribue aussi à consolider les acquis du PRP/PRODES à travers le partenariat déjà établi entre le BIT, l’ONUDI et le PNUD afin d’améliorer, de renforcer et d’élargir le dispositif du fonds d’insertion des jeunes sortants de l’ETFPA dans les zones de concentration opérationnelle du PIC4 issu du partenariat avec le Grand –Duché de Luxembourg.

OBJECTIF DU PROGRAMME

L’objectif Général du Programme est de contribuer à la mise en œuvre et au suivi du Plan Sénégal Emergent (PSE) à travers le renforcement des capacités productives des ménages pauvres et l’insertion des jeunes, pour une croissance économique inclusive et durable.

COMPOSANTES ET PRODUITS DU PROGRAMME

L’objectif général est décliné autour des 3 composantes et des 11 produits ci-après :

Composante 1 : Renforcement des capacités productives des ménages pauvres

Produit 1.1: Des mécanismes et procédures de ciblage des ménages productifs sont mis en place et rendus fonctionnels ;

Produit 1.2: Les capacités techniques, technologiques et managériales des porteurs /euses d’initiatives sont identifiées et renforcées ;

Produit 1.3: L’accès des ménages pauvres principalement dirigés par les femmes aux actifs économiques et aux opportunités d’emplois et de revenus est amélioré ;

Produit 1.4: Des infrastructures et équipements de soutien à l’économie locale sont identifiés et mis en place au profit des ménages pauvres particulièrement ceux dirigés par des femmes ;

Produit 1.5: L’accès des ménages pauvres aux services sociaux de base fonctionnels est amélioré ;

Composante 2 : Employabilité et Insertion des jeunes sortants de l’ETFPA

Produit 2.1: Un dispositif de financement destiné aux jeunes (filles et garçons) porteurs de projets de création d’entreprise est défini et opérationnel ;

Produit 2.2: Les capacités des promoteurs/trices et des acteurs de l’insertion sont renforcées;

Produit 2.3: Le système de gestion, d’information, de communication et de suivi évaluation du fonds d’insertion est consolidé.

Composante 3 : Renforcement du pilotage stratégique et des systèmes nationaux de suivi-évaluation des ménages pauvres

Produit 3.1: Les capacités de pilotage stratégique et de mise en œuvre du PSE au niveau sectoriel sont renforcées pour une croissance économique et l’inclusion sociale des ménages pauvres au niveau national et local ;

Produit 3.2: Les systèmes de suivi de la pauvreté et du Développement Humain sont renforcés et rendus fonctionnels au niveau national et local ;

Produit 3.3: La coordination, la gestion et le suivi évaluation du programme sont assurés

ZONES D’INTERVENTION

  • Famille Productive : Matam, Louga, Saint Louis, Fatick et Thiès.
  • Insertion : Matam, Saint louis, Louga, Kaolack, Fatick, Kaffrine, Thiès, Diourbel et Dakar (départements de Pikine, Guédiawaye et Rufisque)

CIBLES DU PROGRAMME

Un ciblage des communautés de base (villages et quartiers) et des ménages sera élaboré, sur la base d’indicateurs relatifs à la situation de vulnérabilité des groupes cibles, avec comme base le registre unique unifié géré par la Délégation à la Protection Sociale et à La Solidarité Nationale (DGPSN). Il s’agira pour :

  • Famille Productive : Ménages pauvres bénéficiaires de bourses de sécurité familiale (femmes et jeunes porteurs de projets)
  • Insertion : Les jeunes (G/F) issus des centres de formation conventionnelle et non conventionnelle

STRATEGIE DE MISE EN OEUVRE

La stratégie de mise en œuvre du programme repose sur les principes d’équité et d’égalité de genre, de célérité, de responsabilisation, de subsidiarité et d’efficacité.La démarche sera basée sur la proximité, la participation, le faire faire et le partenariat.

Au niveau opérationnel, le programme se propose d’accompagner la Délégation Générale à la Protection Sociale et la Solidarité Nationale à travers le Programme National de Bourse de Sécurité Familiale (PNBSF), en agissant sur le levier autonomisation en vue de promouvoir l’émergence de familles productives aptes à contribuer à une croissance économique inclusive. Il s’agit, en effet, en plus de l’allocation de la bourse de sécurité sociale de soutenir davantage les ménages ciblés dans l’accès aux actifs économiques (bourses économiques) afin de renforcer leurs capacités et potentiels productifs. A ce propos, la stratégie consiste à concentrer les bourses (bourse sociale et économique) au sein des mêmes ménages ciblés.

Dans le cadre de l’insertion des jeunes, Il s’agira de consolider et de renforcer les acquis du dispositif financier du volet insertion du PIC 3 exécuté par le PRODES/PNUD pour le financement des projets de création d’entreprises des jeunes (G/F) issus du système d’enseignement technique et professionnel et du secteur non formel.

Dans le souci de favoriser la création d’opportunité d’emplois et de revenus en faveur des jeunes (G/F), le fonds d’insertion des jeunes issus du système de l’ETFP à travers ORABANK et les SFD de proximité sera maintenu et renforcé. 

De même, la stratégie de pérennisation de l’insertion reposera sur le renforcement du dispositif technique à travers un suivi rapproché des cellules d’insertions des centres de formation professionnelle et l’accompagnement technique des jeunes (G/F) issus du système de l’ETFPA ayant bénéficié de financements. De plus, le dispositif financier mis en place et qui intègre un système de crédit révolving avec une perspective de transfert de responsabilité aux jeunes, constitue un moyen de pérennisation nonobstant la qualité de la clientèle future pour les banques.

Un accent particulier sera aussi mis sur l’identification des filières porteuses de création de richesse et de valeur ajoutée économique notamment dans les secteurs de l’agriculture, de l’élevage, de la pêche, de la transformation de produits, contribuant ainsi à la mise en œuvre du PSE.

Au niveau stratégique, la démarche consiste à appuyer les partenaires institutionnels à s’approprier le Plan Sénégal Emergent (PSE) pour une meilleure mise en œuvre des projets/programmes. A ce titre, le programme, en partenariat avec le Bureau Opérationnel de Suivi du PSE (BOS) et la Direction Générale de la Planification et des Etudes Economiques (DGPPE), l’ANSD, l’OPCV… organisera des ateliers de vulgarisation du PSE, de renforcement des capacités des sectoriels et autres partenaires institutionnels dans la planification, la coordination et le suivi évaluation des politiques publiques.

Par ailleurs, le programme compte appuyer le Ministère de la Femme, de la Famille, du Genre et de la Protection des Enfants pour l’appropriation du PSE et sa mise en œuvre. Il s’agira de renforcer les capacités des différentes structures du Ministère dans l’élaboration, la mise en œuvre des projets et des programmes et la mise en place d’un dispositif de suivi évaluation efficace basé sur la gestion axée sur les résultats.

FINANCEMENT 

Les ressources nécessaires pour une bonne mise en œuvre du programme sont estimées à :

6 705 859 167 F CFA soit 11,561,826 $ US, réparties ainsi qu’il suit :

  • PNUD/TRAC : 1 639 859 167 F CFA, soit 2,827,343 $ US
  • Autres partenaires : 3 566 000 000 F CFA, Soit 6,148,276 $ US
  • Gouvernement : 1 500 000 000 F CFA, soit 2,586,207 $ US

Pièce(s) jointe(s):